Asystasia gangetica - Urusogo

Plante de couverture multifonctionnelle

Capable de pousser à l’ombre, Asystasia gangetica peut former un couvert végétal vivrier, fourrager, mellifère et médicinal.

Asystasia gangetica - Urusogo

Plante de couverture multifonctionnelle

Asystasia gangetica (L.) T. Anders. (Acanthaceae)

Asystasia gangetica

Noms vernaculaires

- Kinyarwanda : Urusogo, Ijojwe, Cyoya
- Kirundi : Urusogo
- Langues du Kivu : Irungo (Mashi)
- Swahili : Mchicha, Fuchwe, mtikini, kichwamangwo
- Français : Herbe le rail, Mange-tout, Herbe pistache, Pistache marron.
- Anglais : Tropical primrose, Chinese violet, Creeping foxglove

Origine et répartition géographique

Asystasia gangetica est endémique en Afrique tropicale et en Asie tropicale. Elle s’est souvent naturalisée dans d’autres régions tropicales où elle a été introduite.

Asystasia gangetica est une plante d’ombre, et sa photosynthèse est optimale entre 30% et 50% de la pleine lumière du soleil. Dans les régions tropicales humides, Asystasia gangetica pousse depuis le niveau de la mer jusqu’à 2500 m d’altitude. On la rencontre notamment sur les bords de route, les berges de cours d’eau, et comme adventice des zones cultivées bien drainés. Dans des régions plus arides, elle peut ne pas survivre aux longue saison sèche de 4 mois ou plus, on la rencontre alors seulement sur les alluvions côtières, les tourbières, les limons sableux et les sols argileux humides.

Description (Source : Ressources végétales de l’Afrique tropicale)

Plante herbacée pérenne, avec une tige carrée généralement ascendante, ramifiée, jusqu’à 2 m de hauteur, s’enracinant souvent aux nœuds inférieurs.

Tiges

Feuilles opposées, simples ; stipules absentes ; pétiole de 0,5–6 cm de long ; limbe ovale à lancéolé, de 3–8(–13) cm × 1,5–4,5(–7) cm, base cunéiforme à cordée, apex acuminé ou aigu, bord entier, glabre ou à pubescence clairsemée, avec 4–6 nervures latérales de chaque côté de la nervure centrale, pourvues de cystolithes.
Inflorescence : grappe terminale jusqu’à 25 cm de long, avec des fleurs dirigées d’un seul côté.

Fleurs bisexuées, légèrement zygomorphes, 5-mères ; pédicelle jusqu’à 3 mm de long ; calice à lobes lancéolés de 4–10 mm de long ; corolle en forme d’entonnoir, jusqu’à environ 2,5(–4) cm de long, généralement blanche avec des taches violettes à l’intérieur du lobe inférieur, à lobes arrondis d’environ 1 cm de large, lobe inférieur légèrement plus long ; étamines 4, dont 2 courtes et 2 longues ; ovaire supère, densément pubescent, 2-loculaire, style jusqu’à 1,5(–2) cm de long, stigmate à 2 lobes courts.

Fruit : capsule en massue de 2–3 cm de long, pubescente et glanduleuse, renfermant généralement 4 graines.

Graines ovoïdes, aplaties, de 4–5 mm de long, grises à brunes, avec un bord crénelé, tuberculées, portées par un rétinacle.

Usages

Utilisation vivrière

Les jeunes feuilles tendres et les pousses d’Asystasia gangetica sont récoltées comme légume. Elles peuvent être séchées et pilées pour être utilisées en forme de poudre durant la saison sèche. Elles peuvent être accommodées en soupe et en légume vert, mélangé avec d’autres légumes-feuilles, des haricots et des arachides ou de la pâte de sésame. C’est localement un légume apprécié notamment en Ouganda ou au Kenya. Ailleurs, la plante est seulement consommée en période de disette.

La composition nutritionnelle des feuilles d’Asystasia gangetica par 100 g de partie comestible est la suivante :
- eau 82,6 g,
- énergie 234 kJ (56 kcal),
- protéines 3,7 g,
- lipides 1,2 g,
- glucides 10,4 g,
- Ca 226 mg, P 30 mg,
- Fe 4,7 mg,
- carotène 6250 μg,
- thiamine 0,19 mg,
- riboflavine 0,21 mg,
- niacine 1,0 mg,
- acide ascorbique 42 mg
(Source : Leung, W.-T.W., Butrum, R.R. & Chang, F.H., 1972).

Utilisation fourragère

La plante peut être donnée au bétail comme complément fourrager (Une consommation excessive par les moutons peut provoquer la météorisation). Son appétibilité et sa digestibilité élevées la font apprécier du bétail dans le sous-étage de plantations. La plante est habituellement consommée fraîche par les animaux, mais on peut la conserver sous forme de foin si elle est convenablement séchée.
Asystasia gangetica est cultivée comme fourrage pour les bovins, les moutons et les chèvres surtout dans le Sud-Est asiatique en raison de son aptitude à pousser à l’ombre et de sa valeur nutritive élevée. Les animaux la pâture directement ou elle est fauchée et donnée en étable.

Des coupes répétées pour l’affouragement des animaux peuvent entraîner un dépérissement terminal précoce parce que les tiges ont de longs entrenœuds et des points de croissance vers le sommet. Une pression de pâturage faible, ou de longs intervalles entre les passages du bétail, permettent à la plante de fleurir et de faire des graines.

Agroforesterie

Asystasia gangetica est parfois utilisée dans les vergers comme plante de couverture parce qu’elle arrête l’érosion et empêche l’invasion d’adventices nuisibles, et qu’elle attire les abeilles et favorise la pollinisation des arbres fruitiers. Mais la plante a un effet allélopathique sur les autres plantes. Des extraits de feuilles ont inhibé de manière dose-dépendante la croissance des racines et des parties aériennes de cresson, de laitue, de luzerne, de panic pied-de-coq (Echinochloa crus-galli), de ray-grass et de fléole des prés.

Usages médicinaux traditionnels

- blessures, plaie ouverte, inflammations de la peau et brûlures : jus de parties aérienne en application locale ; écorce de tige grattée en cataplasme, topique (Guinée Bissau) ;

- antifongique (traitement des dermatoses dues à des champignons) : plante entière appliquée en friction (République centrafricaine)

- élimination de corps étrangers dans l’œil : suc feuilles de Asystasia en instillation oculaire (République Centrafricaine) ;

- abcès, œdèmes, cloque aux doigts et aux jambes (Mongo en RDC) ;

- gale : tige défeuillée, feuilles de Asystasia gangetica, carbonisée délayée en application locale (République Centrafricaine) ;

- hémorroïdes  : suc feuille de Asystasia gangetica, lavement (Congo) - décoction avec les feuilles et l’écorce de Drymaria cordata de Blumea axillaris de Asystasia gangetica que l’on peut remplacer par les feuilles de Impatiens auricoma de Citrus reticulata avec Ocimum gratissimum, Oxalis corniculata, et la terre blanche en voie orale le matin et le soir pendant 7 jours (Mayotte) ;

- syndrome abdominal ou colite : décoction de feuilles de Tylophora sp. avec l’écorce de Adansonia digitataL., extraite du côté est du tronc, avec l’herbe entière de Asystasia gangetica et 7 feuilles de Citrus aurantifolia, à boire matin et soir, pendant 7 jours (Mayotte)

- traitement des panaris : la poudre de feuilles de séchée est localement appliquée (Ouganda).

- diarrhée  : feuilles pilées délayées avec du jus de fruit de Ananas en voie orale (RDC)

- douleurs abdominales enfantines : jus de feuilles en voie orale (Burundi)

- traitement des otites :Une poignée de feuilles fraîches sont emballées dans des feuilles de bananier et chauffées. Une goutté de jus extrait des feuilles est instillé dans l’oreille deux fois par jour (Burundi)

-  antalgique, soulagement des maux de tête : infusion de feuilles et la poudre de racines en voie orale ; pilât de feuilles en application locale (République Centrafricaine)

- douleurs intercostales : massage avec un onguent à base de feuilles de Asystasia gangetica de Cassia occidentalis de Schwenckia americana, graines de Aframomum melegueta, Pterocarpus soyauxii triturées dans de l’huile de palme.

- antipyrétique  : bain de vapeur de la décoction de feuilles de Asystasia gangetica de Alchornea cordifolia de Thomandersia hensii de Psidium sp et de Aframomum sp. (République Centrafricaine, Ouganda) ;

- antipyrétique pour enfants : fleurs de Asystasia gangetica, écrasées dans de l’eau en bain (Ouganda

- infections urogénitales : décoction de partie aérienne de Asystasia gangetica, feuilles de Croton zambesicus en voie orale (RDC, Bénin)

- vaginites, gonnorhée : pilât de feuilles Asystasia gangetica, Xylopia aethiopica et de fruits Musa sapientum var. paradisiaca + potasse forte pris en voie orale avec un repas chaud de maïs blanc (Bénin) ;

- soins en prévision de l’accouchement (Ouganda) : le macérât de feuilles de Asystasia gangetica est bu après filtration

- ocytocique : décoction de feuilles en voie orale ;

- facilitation de la délivrance : massage avec le pilât de plante (Congo Brazzaville)

- soins du fœtus : décoction de la plante en voie orale (Comores)

- soulagement des douleurs de l’accouchement (infusion de la plante)

- Dysménorrhées  : feuilles Asystasia gangetica et partie indéterminée de Dracaena mannii moulues en voie orale avec un repas chaud de maïs blanc (Bénin)

- traitement des caries : feuilles pilées dans de l’eau en voir orale et en application et massage des gencives (Kenya) ;

- antiparasitaire et traitement des vers intestinaux : décoction d’une poignée feuilles décoction dans 500 ml. d’eau en voie orale, trois fois par jour : jusqu’au bon résultat, traitement valable pour les enfants (Ouganda) ; feuilles pilées prise en voie orale (Kenya)

- anxiolytique  : massage avec onguent à base décoction délayée dans huile de palme de feuilles de Asystasia gangetica, Amaranthus lividus, Kalanchoe crenata et de poudre de racines de Pterocarpus soyauxii (République populaire du Congo)

- bronchite  : décoction de plante entière en voie orale (Maurice & Rodrigues)

- sinusite décoction de feuilles en voie orale (République populaire du Congo) ;

- anti-anémiant (Cameroun) : jus de parties aérienne en voie orale ;

- stimulation de l’appétit : jus de feuilles pilées et pressées en voie orale (Tanzanie)

- saignements du nez : suc feuille de Asystasia gangetica en instillation nasale (Congo) ;

- torticolis : suc feuille de Asystasia gangetica, frictions (Congo) ;

- palpitations cardiaques : extrait aqueux de vingt feuilles mélangé au jus d’ananas ou de canne à sucre. VO. adulte : 2 cuillerées à soupe 3 fois par jour pendant 2 jours. VO. enfant : à partir de 2 ans, 1 cuillerée à soupe 3 fois par jour pendant 3 jours (RDC)

- Hypoglycémiant et hypolipidémiant (Inde)

Médecine vétérinaire

- Insectifuge pour animaux les Massai du Kenya et de Tanzanie appliquent en lotion la plante pilée avec de l’eau sur les jeunes animaux pour éloigner les puces.

- foulure des animaux les Bashi du Kivu appliquent le pilât de la plante en cataplasme pour soigner les foulures et les entorses.

Recherches pharmacologiques

Le criblage phytochimique de la plante a révélé la présence de stéroïdes, de glycosides, de flavonoïdes, de sucres réducteurs et d’anthraquinones.

Les études pharmacologiques - attestent que la plante possède des propriétés antibactériennes et antifongiques et confirme la justesse de l’utilisation traditionnelle de la plante pour le traitement de maladies fongiques comme les affections de la peau et de la bouche. D’autres études démontrent les propriétés anthelminthique et antiarthritiques des rhumatismes, comme vermifuge, étayent l’utilisation de la plante en médecine traditionnelle africaine comme vermifuge et pour le traitement des douleurs rhumatismales.

D’autres études encore étayent les usages de la plante pour le traitement des douleurs cardiaques, des maux d’estomac, comme antiasthmatique, bronchospasmolytique, anti-inflammatoire et comme agent hypoglycémiant et hypocholestérolémiant.

Propriétés antiarthritique et anthelminthiques

T.k.Gopal « Phytochemical And Pharmacological Studies On Whole Plant Of Asystasia Gangetica », Indian Journal of Research in Pharmacy and Biotechnology Volume 1(3) May-June 2013

Propriétés antimicrobiennes

- A. A. Hamid et al, « Preliminary Phytochemistry, Antibacterial and Antifungal Properties of extracts of Asystasia gangetica Linn T. Anderson grown in Nigeria », Advances in Applied Science Research, 2011, 2 (3) : 219-226

Les extraits de plantes sont antibactériens contre

- Staphylococcus aureus
- Escherichia coli
- Bacillus subtilis
- Pseudomonas aeruginosa
- Klebsiellae pneumonae
- Salmonellae typhii
- Candidas albicans
- Aspergillus niger
- Rhizopus stolon
- Penicillum notatum
- Tricophyton rubrum
- Epidermophyton floccosum

Les extraits de plantes sont antifongiques contre

- Candida albicans
- Aspergillus niger
- Rhizopus stolon
- Penicillum notatum,
- Tricophyton rubrum
- Epidermophyton floccosum

Propriétés antihypertensives

- Pierre Mugabo & Ismaila A Raji, « Effects of aqueous leaf extract of Asystasia gangetica on the blood pressure and heart rate in male spontaneously hypertensive Wistar rats », BMC Complementary and Alternative Medicine volume

Propriétés antidiabétiques

Pradeep Kumar R et al,
« Potential hypoglycemic & hypolipidemic effect of Morus Indica and Asystasia
gangetica in alloxan induced diabetes mellitus. »
, Int. J. Res. Pharm. Sci. Vol-1, Issue-1, 51-56, 2010, 2 : 29–36

Propriétés antioxydantes

K Asok Kumar et al, « Protective effect of Asystasia gangetica reduced oxidative damage in the small intestine of streptozotocin-induced diabetic rats », Oriental Pharmacy and Experimental Medicine 2009 9(4), 307-314

Propriétés antiasthmatiques

P.A.Akah, « Evaluation of the anti-asthmatic property of Asystasia gangetica leaf extracts », Journal of Ethnopharmacology, Volume 89, Issue 1, November 2003, Pages 25-36

Ezike, A.C et al., « Bronchospasmolytic activity of the extract and fractions of Asystasia gangetica leaves », 1(3):8-12, International Journal Of Applied Research In Natural Products

Propriétés analgésiques et anti-inflammatoires

Adeyemi OO. et al., « Analgesic and anti-inflammatory activities of the aqueous stem and leaf extract of Asystasia gangetica (Linn) T. Anderson. », Nigerian Quarterly Journal of Hospital Medicine, 01 Apr 2011, 21(2):129-134

Multiplication et culture

Asystasia gangetica peut être multipliée par graines et par boutures de tige à 1–3 nœuds. Des boutures à un seul œil enterrées dans le sol produisent des fleurs et des fruits en 6 semaines.

La période qui s’écoule entre la levée des semis et la dispersion des semences peut ne pas excéder 8 semaines en terrain ouvert, mais elle peut durer 2 semaines de plus sur un terrain partiellement ombragé. Il peut s’écouler un mois du développement des fleurs à la dispersion des semences. Celles-ci sont projetées jusqu’à 6 mètres du pied par un mécanisme d’ouverture explosive des fruits, déclenché par une après-midi chaude.

Du fait de son caractère envahissant, de son absorption élevée d’éléments nutritifs du sol et de sa faculté d’étouffer les autres espèces, Asystasia gangetica est considérée soit comme un couvert comme une mauvaise herbe dans les plantations.

Rendement

Pour Asystasia gangetica poussant sous une ombre épaisse (6–16% d’indice d’éclairement), on a enregistré des rendements en matière sèche de 2–5 t/ha, mais avec un couvert plus léger de Leucaena leucocephala (Lamk) de Wit à espacement de 2 m × 1 m, on a obtenu des rendements de 3,5–8 t/ha. Avec des bovins, on peut obtenir une production de viande de l’ordre de 110–135 kg/ha par an, équivalant à 270–310 g par tête et par jour, avec des fourrages indigènes en mélange avec Asystasia gangetica sous un couvert de palmiers à huile.

Maladies et ravageurs

Asystasia gangetica est sensible aux attaques de Colletotrichum dematium, champignon qui provoque nécrose, défoliation et croissance rabougrie. En Afrique de l’Ouest, on a observé qu’elle servait d’hôte à un virus responsable de marbrures et transmis par des pucerons.

Bibliographie Prota

• Adetula, O.A., 1987. Distribution and cytomorphology of Asytasia calycina Bentham and A. gangetica (L.) T. Anderson (Acanthaceae) in Nigeria. MSc Dissertation, University of Lagos, Akoka, Lagos, Nigeria.

• Ensermu Kelbessa, 1994. A revision of Asystasia gangetica (L.) T.Anders. (Acanthaceae). In : Seyani, J.H. & Chikuni, A.C. (Editors). Proceedings of the 13th plenary meeting of AETFAT, Zomba, Malawi, 2-11 April 1991. Volume 1. Plants for the people. National Herbarium and Botanic Gardens of Malawi, Zomba, Malawi. pp. 333–346.

• Kang, L.C., 1981. Asystasia. Nature Malaysiana 6(2) : 14–17.

• Katende, A.B., Ssegawa, P. & Birnie, A., 1999. Wild food plants and mushrooms of Uganda. Technical Handbook No 19. Regional Land Management Unit/SIDA, Nairobi, Kenya. 490 pp.

• Lee, S.A. & Chen, C.P., 1992. Asystasia gangetica (L.) T. Anderson. In : ’t Mannetje, L. & Jones, R.M. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 4. Forages. Pudoc Scientific Publishers, Wageningen, Netherlands. pp. 51–53.

• Leung, W.-T.W., Butrum, R.R. & Chang, F.H., 1972. Food composition table for use in East Asia. Department of Health, Education and Welfare, Bethesda, United States. 334 pp.

• Maundu, P.M., Ngugi, G.W. & Kabuye, C.H.S., 1999. Traditional food plants of Kenya. Kenya Resource Centre for Indigenous Knowledge (KENRIK), Nairobi, Kenya. 270 pp.

• Sri Endreswari, 2003. Asystasia Blume. In : Lemmens, R.H.M.J. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(3). Medicinal and poisonous plants 3. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 86–88.

• Ugborogho, R.E. & Adetula, O.A., 1988. The biology of the Asystasia gangetica complex (Acanthaceae) in Lagos state, Nigeria. Feddes Repertorium 99(11–12) : 507–517.

• van der Zon, A.P.M. & Grubben, G.J.H., 1976. Les légumes-feuilles spontanés et cultivés du Sud-Dahomey. Communication 65. Département des Recherches Agronomiques, Koninklijk Instituut voor de Tropen, Amsterdam, Netherlands. 111 pp.

Mis en ligne par La vie re-belle
 25/02/2021
 https://www.lavierebelle.org/asystasia-gangetica-plante-de

Plantes de l’Afrique des Grands Lacs

Description des plantes adventices et cultivées en Afrique de l’Est et présentation de leurs propriétés et de leurs usages traditionnels et potentiels

Les articles 78

IMG: Zehneria scabra ou Melothria minutiflora - Umushishiro Nom botanique officiel : Zehneria scabra (L.f.) Sond.Synonyme : Melothria minutiflora Melothria scabra, Melothria punctata, Pilogyne minutiflora, (...)
IMG: Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessures Aspilia africana - Plante des hémorragies et des blessuresNoms botanique : Aspilia africana (Pers.) C.D.AdamsSynonyme : Aspilia latifolia Oliv. & (...)
IMG: Morus sp. - Iborore, Mûrier, Mulberry Le genre Morus comprend un grand nombre d’espèces et de variétés d’arbres. Le mûrier noir (Morus nigra L.) est une espèce d’arbres fruitiers originaire d’Asie (...)
IMG: Asparagus africanus Noms vernaculaires : Kinyarwanda : Umushabishabi Kirundi : Umusabe, Umunsabe (« qui se répand ») ; Imburabano Langues du Kivu : Kashasha, Hinyamigenge (...)
IMG: Aframomum angustifolium - Igitunguru Aframomum angustifoliumNom botanique : Aframomum angustifolium (Sonn.) K.Schum.Synonymes : Aframomum baumannii K. Schum. ; Aframomum hanburyi K. (...)
IMG: Achyranthes aspera - Umuhurura - Umuhurura ou Nyiragahurura : « celle qui vient au secours » Achyranthes aspera - UmuhururaSynonymes : Achyranthes annua Dinter, Achyranthes aspera L. var. sicula, Achyranthes indica (L.) Mill., Achyranthes (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021