Moringa oleifera : booster de croissance

Usages horticoles, maraîchers et agroforestier

Moringa est un arbre à croissance rapide qui peut atteindre jusqu’à trois mètres dans sa première année. Les hormones qui le font croître aussi vite peuvent-elles aussi stimuler la croissance, la vigueur et les résistances d’autres plantes ?

Une série d’études publiées par la revue Note de développement de l’ONG ECHO répond positivement à cette question.

Document 1

Expérimentation de l’extrait de feuille de Moringa comme hormone de croissance végétale naturelle et comme engrais vert au Nicaragua

Source : Lowell Fuglie « New Uses of Moringa Studied in Nicaragua », ECHO Development Note, juin 2000, n° 68

BIOMASA est un programme de recherche agricole situé au Nicaragua, où Nikolaus et Gabriele Foidl ont mené une recherche pionnière pendant plus de six ans sur l’utilisation du moringa dans les systèmes agroforestiers, comme engrais vert et comme hormone de croissance végétale.

Nikolaus Foidl

Extrait de feuille de Moringa comme hormone de croissance végétale

Le jus de feuilles de moringa fraîches peut être utilisé pour produire une hormone de croissance efficace, augmentant les rendements de 25 à 30% pour presque toutes les cultures : oignons, poivrons, soja, maïs, sorgho, café, thé, chili et melon... Une des substances actives est la zéatine : une hormone végétale du groupe des cytokinines.

Ce spray foliaire doit être utilisé en complément - et non à la place - d’autres engrais, spray et de pratiques agricoles saines.

Lors d’un essai, l’utilisation de ce spray a augmenté les rendements de maïs de 60 à 130 sacs par hectare. En utilisant cette hormone, Biomasa a pu faire pousser du café à 30 mètres d’altitude. Le café, à l’ombre de Jatropha curcas, a produit des cosses en seulement 17 mois.

Préparation du spray :

a) broyer de jeunes pousses de moringa, âgées de 40 jours maximum, avec un peu d’eau : environ un litre par 10 kg de matière fraîche.

b) Filtrer en plaçant la solution dans un chiffon et en essorant le liquide. La matière solide, qui contiendra 12-14% de protéines, peut être utilisée comme aliment pour le bétail.

c) Diluer l’extrait foliaire avec de l’eau selon un rapport de 1 à 32 et pulvériser directement sur les plantes. Appliquer environ 25 ml par plante.

Si l’extrait ne doit pas être utilisé dans les cinq heures, conservez-le au congélateur jusqu’à utilisation).

La pulvérisation foliaire doit être appliquée 10 jours après la sortie des premières pousses du sol, environ 30 jours avant le début de la floraison des plantes, à nouveau lorsque les graines apparaissent et enfin une fois de plus pendant la phase de maturation.

Moringa comme engrais vert

L’utilisation du moringa comme engrais vert peut enrichir considérablement les terres agricoles. Pour cela, le sol est d’abord labouré. Les semences de Moringa sont ensuite plantées à une profondeur de 1 à 2 cm à un espacement de 10 x 10 cm (une densité d’un million de semences par hectare).

La densité peut être plus grande. Les seules limites à la densité végétale sont la disponibilité de semences, d’eau et d’engrais. Après 25 jours, les plantules sont enfouies dans le sol à une profondeur de 15 cm. La terre est à nouveau préparée pour la récolte souhaitée.

Le semis peut être fait mécaniquement si la graine est d’abord décortiquée. La plantation de noyaux réduira le temps de germination jusqu’à trois jours.

Une méthode simple d’ensemencement est de commencer par travailler le sol à une profondeur de 10 cm, puis de semer la semence sur le sol et de le travailler à nouveau jusqu’à une profondeur de 2 à 3 cm.

Production intensive de feuilles de Moringa

Qu’il soit produit pour être utilisé comme engrais vert, comme fourrage ou pour la consommation humaine, le moringa peut être cultivé de manière intensive avec des rendements pouvant atteindre 650 tonnes de matière verte par hectare. Se rendement est supérieur à ceux à d’autres cultures d’engrais vert telles que les haricots lablab, qui produisent jusqu’à 110 tonnes / hectare de matière verte dans des peuplements purs.

Biomasa a obtenu des rendements élevés par sous-solage jusqu’à une profondeur de 60 cm (pour favoriser le drainage et le bon développement des racines), suivi d’une rotavation, puis par plantation de moringa à une densité de 10 x 10 cm (un million de plantes par hectare) avec un amendement en bouse de vache suffisant.

La matière verte est récoltée lorsque les plantes atteignent une hauteur de 50 cm ou plus (tous les 35 à 40 jours). Moringa est coupé à une hauteur de 15 à 20 cm au-dessus du sol. Bien que les pertes de plantules puissent atteindre 20-30% la première année, la repousse vigoureuse des plantules restantes produira 3 ou 5 nouvelles pousses après chaque coupe.

Jusqu’à neuf récoltes peuvent être obtenues chaque année. Avec le temps (certains peuplements de moringa de BIOMASA ont trois ans), la tige de 15 à 20 cm deviendra épaisse et ligneuse, mais continuera à produire des tiges feuillées.

Le rendement de 650 tonnes par hectare a été obtenu dans un sol sableux bien drainé à 30 mètres d’altitude. Les précipitations étaient de 1300 mm par an et l’irrigation était pratiquée pendant la saison sèche. Avec cette production, les besoins en éléments nutritifs par hectare chaque année sont les suivants :

- 1 800 kg de calcium
- 0,5 kg de cuivre
- 1 400 kg de magnésium
- 380 kg de phosphore
- 0,6 kg de bore
- 280 kg d’azote
- 0,3 kg de zinc

Document n° 2

Utilisation de l’extrait de feuilles de moringa comme un activateur de la croissance des cultures efficace au Pakistan

Source : « Notes de développement », Numéro 131, Juin 2016, publication de l’organisation ECHO.

En Novembre 2015, lors du premier symposium international sur le Moringa à Manille aux Philippines, le Dr Shahzad Basra, Professeur à l’Université d’Agriculture de Faisalabad au Pakistan a présenté une communication sur l’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa pour améliorer les rendements des cultures au Pakistan. La recherche du Dr Basra reprend et confirme les conclusions du dont le travail de pionnier de Nikolaus Foidl, dans ce domaine.

Dr Shahzad Basra

Entretien avec le Dr Shahzad Basra

Pour ceux qui ne sont pas au courant de ce concept, pourriez-vous décrire brièvement ce que c’est que « l’extrait de feuilles de moringa » et à quoi est-il destiné ?

Les feuilles de Moringa sont riches en nombreux composés qui peuvent être utiles dans la promotion de la croissance de la plupart des plantes. Lorsque l’extrait de feuilles de moringa est appliqué à une dose optimisée, il augmente la croissance, soulage les stress biotiques et abiotiques, et améliore parfois la qualité et le rendement du produit. Typiquement, l’extrait de feuilles de moringa est appliqué sur les feuilles en pulvérisation foliaire.

Comment avez-vous connu l’extrait de feuilles de moringa et vous êtes-vous intéressé à son étude ?

J’ai connu l’extrait de feuilles de moringa grâce à Nikolaus Foidl et ses collègues, qui ont été les premiers à démontrer que les feuilles de moringa sont riches en hormones de croissance, en antioxydants et en minéraux, et qu’un extrait aqueux dilué de feuilles tendres de moringa peut augmenter le rendement de nombreuses cultures jusqu’à 20-35%.

Moringa au Pakistan

Parlez-nous de vos recherches à ce sujet. Avec quelles cultures avez-vous expérimenté l’extrait de feuilles de moringa ? Avez-vous obtenu des résultats intéressants ?

Lors d’un séjour à l’Université de Californie, Riverside, j’ai testé l’efficacité de l’extrait de feuilles de moringa rapporté par Foidl et j’ai constaté que la solution de feuilles de moringa fraîches pulvérisé sur la tomate cerise augmente de façon significative les périodes de fructification, le nombre de fruits et le rendement final de la tomate. J’ai analysé ensuite la composition des feuilles de moringa et j’ai trouvé qu’elles sont riches en cytokinines, des hormones végétales qui favorisent la division cellulaire, sous la forme de zéatine, ainsi que des niveaux élevés d’antioxydants totaux, des protéines solubles et du potassium.

A mon retour au Pakistan, j’ai continué cette recherche sur un certain nombre de cultures. Un extrait de feuilles de moringa séchées était également efficace en tant que promoteur de croissance. Cependant, dans la plupart des expériences, l’augmentation maximale du rendement a été obtenu avec de l’extrait de feuilles de moringa fait à partir des feuilles fraîches/vertes, comprenant 3% du poids de la solution à base d’eau, utilisé pour amorcer les semences de cultures, en les trempant dans l’extrait de feuilles de moringa pendant 8 heures avant de les semer. Par la suite, j’ai également pulvérisé ce spray foliaire à des stades critiques de la croissance de la culture.

Il y a au moins trois différents types de Moringa oleifera au Pakistan. Ils comprennent deux types locaux avec des graines à peau blanche ou noire, et une variété indienne cultivée appelée ‘PKM1’. Des extraits de ces trois sources de moringa ont été comparés, et tous étaient efficaces en tant que facteurs de croissance. Cependant, le cultivar traditionnel ayant des graines blanches a mieux réussi que les autres.

J’ai testé l’extrait sur un grand nombre de cultures, y compris le maïs, le coton, le riz, le blé, le canola, les pois, la carotte, le radis, le gombo, les épinards, les agrumes, les graminées des prairies, la tomate, le tournesol et le sorgho. Dans toutes les expériences, les rendements économiques ont augmenté de 13 à 40%. J’ai alors évalué l’extrait de feuilles de moringa à application foliaire pour voir son potentiel à stimuler la tolérance des différentes cultures à différents stress tels que la salinité, la sécheresse et la chaleur. L’application de l’extrait de feuilles de moringa a induit une tolérance au stress dans la plupart des cas.

Bien que les résultats ont été variables selon les conditions de réalisation de la solution, les conditions de culture, les lieux et avec des plantes cultivées, l’extrait de feuilles de moringa a toujours induit une augmentation du rendement.

D’après ce que vous avez observé au Pakistan ou ailleurs, les agriculteurs ont-ils adopté l’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa ?

Cette technique est adoptée avec succès par de nombreux agriculteurs, dont la plupart ont de petites exploitations et dont l’accès aux engrais appropriés est limité. Dans de telles conditions de production, l’augmentation du rendement des cultures est encore meilleure (que sur les parcelles de recherche qui reçoivent des engrais adéquats). De nombreux agriculteurs progressistes (les plus disposés à essayer de nouvelles idées) ont également adopté cette technique. Cependant, la plupart des agriculteurs sont réticents à l’adopter en raison du coût du travail supplémentaire ou de l’indisponibilité du moringa.

Comment proposeriez-vous que l’agriculteur ou le praticien de développement fasse préparer et appliquer l’extrait ? Quelle proportion de feuilles par rapport à l’eau devrait-on utiliser par exemple, pour une application à l’aide d’un pulvérisateur à réservoir dorsal ?

Pour la communauté agricole, nous avons développé une méthode très simple pour préparer l’extrait de feuilles de moringa et l’appliquer aux cultures. Habituellement, on utilise un pulvérisateur à réservoir dorsal de 20 litres de capacité.
L’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa comme activateur de la croissance des cultures efficace et facile.

Pour cela, prenez un kilogramme de feuilles de moringa fraîches, enveloppez-les dans une toile à fromage, et battez la toile avec un bâton en bois pour écraser les feuilles. Les feuilles écrasées, toujours à l’intérieur de la toile à fromage, sont utilisées comme un sachet de thé.

L’extrait de feuilles de moringa peut être obtenu en trempant les feuilles enroulées dans la toile plusieurs fois dans un pulvérisateur à réservoir dorsal rempli d’eau. Sinon, les feuilles broyées dans la toile à fromage peuvent être immergées dans de l’eau et on les laisse tremper pendant 5 à 10 minutes. L’extrait résultant a la dilution requise pour l’amorçage ou la pulvérisation. Trois de ces réservoirs (3 kg de feuilles fraîches dans 60 litres d’eau) sont pulvérisés sur une acre (0,4 ha). Cette technique simple est adoptée par de nombreux agriculteurs.

Des facteurs tels que le moment de l’application ou l’âge des feuilles de moringa sont-ils déterminants pour le succès dans l’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa ? Avez-vous eu à relever des défis avant de connaitre des succès avec l’extrait de feuilles de moringa ?

Je recommande deux à trois pulvérisations, aux stades critiques d’une culture. Une culture de blé, par exemple, peut être pulvérisée aux stades du tallage, du gonflement et de l’épiaison. Quand une culture est jeune, trois réservoirs de 20 litres de pulvérisation par acre seront suffisants. Utilisez quatre réservoirs par acre aux stades de croissance ultérieurs. Le meilleur moment pour pulvériser est le soir ou tôt le matin, surtout dans les climats chauds.

L’efficacité de l’extrait de feuilles de moringa provenant de feuilles d’arbres matures est presque la même que celle des feuilles d’une plante de moringa à nombreuses découpes et densément plantée. Cependant, une parcelle à gestion intensive de moringa à nombreuses découpes se prête bien à des récoltes répétées de grandes quantités de feuilles de moringa.

Récemment, j’ai étudié la durée de vie effective de l’extrait de feuilles de moringa, de sorte qu’il puisse être commercialisé ou utilisé pendant des périodes où les feuilles de moringa sont moins disponibles. Je constate que l’efficacité de l’extrait de feuilles de moringa diminue après un mois. Il serait difficile de commercialiser l’extrait de feuilles de moringa avec seulement un mois de durée de vie effective. Plus de recherches sont nécessaires pour étudier l’efficacité des feuilles de moringa séchées comme source d’extrait aqueux. Les feuilles séchées pourraient être conservées pendant une période de temps avant de préparer l’extrait.

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui est en train de l’essayer d’abord, pour évaluer son potentiel pour une zone de projet donnée ? Y a-t- il des publications, par exemple, que vous proposeriez pour plus de lecture en profondeur ?

Je conseille qu’ils considèrent la santé des plantes de moringa à partir desquelles ils préparent l’extrait. Retirez toutes les plantes endommagées ou malades du champ, et prenez seulement des plantes de moringa bien portantes pour l’extrait de feuilles.

Je publie régulièrement des articles en langues locales dans des journaux et des magazines d’agriculteurs, pour partager avec les agriculteurs sur les avantages et l’utilisation de moringa, y compris l’utilisation de l’extrait de feuilles de moringa comme un optimiseur de croissance. J’ai également enregistré de nombreux entretiens à la radio et à la télévision, et les clips vidéo sont disponibles sur Facebook et YouTube.

Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, comment les gens pourraient-ils vous contacter au cas où ils aimeraient vous poser des questions ?

J’organise des journées d’agriculteurs régulièrement sur le terrain pour enseigner et motiver les agriculteurs à utiliser l’extrait de feuilles de moringa, et je fournis de la littérature en langue locale. J’ai également créé une page Facebook appelée « Moringa for Life », où ces informations sont partagées. Les agriculteurs me contactent régulièrement par téléphone ou via les réseaux sociaux sur la disponibilité, les avantages et l’utilisation du moringa.

Document 3

Source : Potentiel de développement des produits du Moringa, 29 octobre - 2 novembre 2001, Dar es Salaam, Tanzanie. Effets de l’application de bouillies de feuilles de moringa sur le rendement des cultures légumières Edward Berkelaar, Ph.D et Jenny Johns, ECHO, 17391 Durance Road, North Fort Myers, FL 33917 USA

L’organisation ECHO a reproduit les expériences menées au Nicaragua sous des conditions de culture différentes en Floride.

L’expérimentation a également cherché à :

- comparer les effets de la bouillie de feuilles de moringa avec l’effet de bouillies préparées avec d’autres espèces ;

- savoir si les bouillies de moringa restent efficaces quand elles sont préparées avec des feuilles séchées ou fermentées.

Planche de culture de Moringa à la station expérimentale d’ECHO en Floride.

Méthode

Expérience n° 1

La première expérience a porté sur les rendements du radis (Raphanus sativus) et de haricot rond blanc (Phaseolus vulgaris)

4 traitements ont été comparés :

1. témoin : eau + agent de surface

2. moringa à faible dosage : 12,5 g de moringa dans 100 ml d’eau + agent de surface

3. moringa à dosage moyen : 25 g de moringa dans 100 ml d’eau + agent de surface

4. moringa à dosage élevé : 50 g de moringa dans 100 ml d’eau + agent de surface

- pulvérisation de 25 ml de solution par plant ;
- 9 passages identiques pour le radis et 10 pour le haricot ;
- application de la bouillie une fois tous les 15 jours.

Expérience n° 2

La deuxième expérience a porté sur les rendements du niébé (Vigna unguiculata)

6 traitements ont été comparés :

1. témoin : eau + agent de surface

2. aucun traitement

3. moringa : 25 g de moringa dans 100 ml d’eau + agent de surface

4. Traitement au moringa moins fréquent

5. leuceana : 25 g de leuceana dans 100 ml d’eau + agent de surface

6. leuceana : 12,5 g de leuceana dans 100 ml d’eau + agent de surface

- pulvérisation de 25 ml de solution par plant
- 10 passages identiques par traitement
- application de la bouillie une fois tous les 15 jours sauf traitement 4

Production de l’extrait de feuilles de moringa :

En plantation dense de Moringa (espacement de 10 – 15 cm environ)

- coupe du sommet des plantes à 30 – 40 cm (nouvelles pousses)

- broyage des feuilles coupées avec de l’eau

- filtrage sur textile et papier.

Résultats : Expérience n° 1 - Radis

Résultats : Expérience n° 1 - Haricot

Résultats : Expérience n° 2 - niébé

Le traitement à la bouillie de Moringa n’a pas augmenté les rendements.

Résumé

Le traitement à la bouillie de moringa pulvérisée a augmenté les rendements de radis et de haricots ronds comparativement au rendement des plantes traitées à l’eau.

Les résultats de l’expérience n° 2 suggèrent que les rendements de niébé traités au moringa n’ont pas augmenté par rapport à ceux des plantes non traitées.

Expérimentations futures

Comparer les effets de la bouillie de moringa pulvérisée sur des végétaux plantés dans des sols à différents niveaux de fertilité.

Comparer les effets des bouillies de moringa préparées selon des méthodes différentes avec des feuilles séchées ou fermentées.

Tester les effets des bouillies de moringa pulvérisées sur d’autres espèces de végétaux.

Comparer les effets des bouillies de moringa aux effets des bouillies préparées à partir de feuilles de végétaux différents.

Synthèse des usages horticoles, maraîchers et agroforestier potentiels de Moringa

Les extraits foliaires dilué de Moringa oleifera ont les facultés suivantes :

- accélérer la croissance des jeunes plants

- renforcer les plantes,

- améliorer la résistance aux ravageurs et maladies

- augmenter la surface foliaire et le nombre de racines,

- augmenter, la taille des plantes, le volume des fruits, le rendement général et le volume de matières sèches résiduelles.

Jus de feuilles fraîches de Moringa peut donc être utilisé pour produire une hormone bonne et efficace pour la croissance des plantes. La pulvérisation foliaire de Moringa doit être utilisée en plus d’autres engrais, d’arrosages et de pratiques agricoles adéquates (et non à la place de ceux-ci).

Accélérateur de croissance

L’extrait frais de feuilles de moringa apporte des hormones de croissance aux jeunes plants et accroît la productivité de la plupart des productions maraîchères. L’une des substances actives est la Zeatine une hormone végétale du groupe des Cytokinines

La pulvérisation foliaire des plantes avec l’extrait aqueux de feuilles fraîche de Moringa doit être utilisée en plus, et non en remplacement, d’autres engrais, de l’arrosage et de bonnes pratiques agricoles.

Dans un des essais mené, l’utilisation de ce spray a augmenté les rendements de maïs de 60 à 130 sacs par hectare. En utilisant cette hormone, des caféiers ont pu être cultivés à 30 mètres d’altitude. Les caféiers, cultivé sous l’ombrage de Jatropha curcas, ont produit des des fèves en seulement 17 mois.

L’amorçage des semences avec un extrait de feuilles de Moringa, améliore le taux de levée des semis, la vitesse et la croissance, augmente le niveau d’antioxydants des plantes, la quantité de protéines solubles dans les feuilles et leur teneur en chlorophylle. L’extrait de feuilles de Moringa oleifera peut accélérer la croissance des jeunes plants, renforcer les plantes, améliorer la résistance aux ravageurs et maladies, augmenter l’épaisseur de la surface foliaire, augmenter le nombre de racines, produire des fruits plus gros et augmenter les rendement d’une manière générale.

Préparation du spray de feuilles de Moringa

a) Faire un extrait foliaire en broyant de jeunes pousses de Moringa qui n’ont pas plus de 40 jours, avec un peu d’eau ; environ un litre d’eau pour 10 kilos de matière fraîche.

b) Extraire par filtration les restes solides de la solution, en plaçant par exemple la solution dans un chiffon et en essorant le liquide. La matière solide, qui contiendra 12-14% de protéines, peut être utilisée comme aliment pour le bétail.

c) Diluer l’extrait avec de l’eau à raison de 1:32 et pulvériser directement sur les plantes (si l’extrait ne va pas être utilisé dans les cinq heures, il est préférable de le conserver au congélateur jusqu’à ce qu’il soit nécessaire). Appliquer environ 25 ml par plante.

d) La pulvérisation foliaire doit être effectuée :

- 10 jours après l’émergence des premières pousses ;

- environ 30 jours avant le début de la floraison ;

- à nouveau lorsque la graine apparaît et enfin une fois de plus pendant la phase de maturation.

Moringa cultivé comme engrais vert

L’utilisation du Moringa comme engrais vert peut enrichir considérablement les terres agricoles.

Dans ce processus, les graine de Moringa sont semées à 1 ou 2 cm de profondeur avec un espacement maximal de 10cm sur 10 cm. La densité peut être plus grande, le seul facteur limitant à la densification des plants étant la disponibilité de semences. Après 25 jours, les semis sont labourés dans le sol à une profondeur de 15 cm. Pour préparer le semis ou la plantation de la culture principale désirée.

L’ensemencement peut se faire mécaniquement si la graine est d’abord décortiquée. La plantation de graines décortiquée réduit le temps de germination jusqu’à trois jours.

Une méthode simple d’ensemencement pratiquée consiste à d’abord retourner le sol jusqu’à une profondeur de 10 cm, puis à disperser les graines sur le sol et à les faire tourner à nouveau à une profondeur de 2-3 cm.

Fertilisant

Ayant des composantes exceptionnelles les feuilles de Moringa peuvent servir simplement en mulch ou en compost pour enrichir les sols.

Le tourteau de graines obtenus après extraction de l’huile possèdent des propriétés proches des fruits et des graines. Considéré impropre à l’alimentation animale en raison de sa teneur élevée en alcaloïdes et en saponines les tourteaux peuvent servir comme engrais.

Haies vives

Au Kenya, au Nigeria, en Tanzanie, en Inde, et ailleurs, Moringa est planté en haies vives.

Le feuillage, qui n’est pas très dense, et la possibilité de taille drastique permet de créer dans les parcelles cultivée, des haies laissant une entrée d’air filtrante et ajusté à un ombrage partiel des cultures.

L’arbre fournit une ombre légère, utile dans les systèmes de culture associée à des plantes qui seraient endommagées par la lumière solaire directe.

Comme haie dans les cours, Moringa contribue à atténuer le vent, protéger du soleil direct et offrir un support à des plantes volubiles.

La plantation de moringas même en ligne à très forte densité, produit une haie d’arbres grêles inapte à bloquer les animaux.

Contrôle de l’érosion

Moringa oleifera est adapté aux zones où les vents forts et des pluies violentes se produisent simultanément, causant érosion grave du sol.

Références

Afzal I, B Hussain, SMA Basra, et H Rehman (2012). Priming with moringa leaf extract reduces imbibitional chilling injury in spring maize [L’amorçage à l’extrait de feuilles de moringa réduit l’accident de réfrigération en imbibition du maïs du printemps]. Seed Sci Technol. 40 : 271-276.

Azra Yasmeen, « Exploring the potential of Moringa leaf extract as natural plant growth enhancer, Thèse pour obtention du titre de Doctor of Philosphy in Agronomy, Département d’Agronomie de l’université d’Agriculture de Faisalabad, Pakistan. 2011

Document pdf ci-dessous :

Azra Yasmeen, SMA Basra, R Ahmad, et A Wahid (2012). Performance of late sown wheat in response to foliar application of Moringa oleifera leaf extract [Performance du blé semé tardivement en réponse à l’application foliaire de l’extrait de feuilles Moringa oleifera]. Chili J Agric Res 72 : 92-97.

Document pdf ci-dessous :

Azra Yasmeen, SMA Basra, A Wahid, W Nouman, et H Rehman (2013). Exploring the potential of Moringa oleifera leaf extract (MLE) as a seed priming agent in improving wheat performance [Exploration du potentiel de l’extrait de feuilles de Moringa oleifera (MLE) comme agent d’amorçage des semences dans l’amélioration du rendement du blé]. Turc. J. Bot. 37 : 512-520

Document pdf ci-dessous :

Basra SMA, MN Iftikhar, et je Afzal (2011). Potential of moringa (Moringa oleifera) leaf extract as priming agent for hybrid maize seeds [Potentiel de l’extrait de feuilles du Moringa (Moringa oleifera) comme agent d’amorçage pour les semences de maïs] hybride]. Int J Agri Biol. 13 : 1006-1010.

Document pdf ci-dessous :

Foidl N, HPS Makkar et K Becker (2001). The potential of Moringa oleifera for agricultural and industrial uses [Le potentiel de Moringa oleifera pour les usages agricoles et industriels. Dans : Actes de l’atelier international sur « Quel potentiel de développement pour les produits du moringa ?] », Pp 47-67.. Dar-es- Salaam, en Tanzanie.

Document pdf ci-dessous :

Nouman, W, MT Siddique et SMA Basra (2012a). Moringa oleifera leaf extract : An innovative priming tool for rangeland grasses [Extrait de feuilles de Moringa oleifera : Un outil innovant d’amorçage pour les graminées des pâturages]. Turc. J. Agri. Pour. 36 : 65- 75.

Document pdf ci-dessous :

Khan S., Basra S.M.A, Nawaz M., Hussain I., Foidl N.« Combined application of moringa leaf extract and chemical growth-promoters enhances the plant growth and productivity of wheat crop (Triticum aestivum L.) », South African Journal of Botany xxx (2019) XXX

Document pdf ci-dessous :

Nouman, W, MT Sidduqe, SMA Basra, je Afzal et H Rehman (2012). Enhancement of emergence potential and stand establishment of Moringa oleifera Lam. by seed priming [Amélioration du potentiel d’émergence et de l’établissement du peuplement du Moringa oleifera Lam. par amorçage des semences]. Turc. J. Agric. Pour. 36 : 227-235.

Document pdf ci-dessous :

Mis en ligne par La vie re-belle
 18/08/2019
 https://www.lavierebelle.org/moringa-oleifera-booster-de-croissance

 Documents

 moringa_leaf_extract_as_natural_plant_growth_enhancer_th (...)
PDF 
 potential_of_moringa_moringa_oleifera_leaf_extract.pdf
PDF 
 potentiel_de_developpement_du_moringa_en_agriculture_et_ (...)
PDF 
 moringa_leaf_extract_an_innovative_priming_tool_for_rang (...)
PDF 

Les articles 1

IMG: Tithonia diversifolia Originaire de l’est du Mexique et d’Amérique centrale, cette herbacée prolifique est actuellement largement répandue sous les tropiques. On la retrouve en (...)
 La Vie Re-Belle | 2018 · 2021